07 août 2019

Le pou (sonnet)



Chaque année la rentrée est un pur cauchemar :
Sur le cuir chevelu de nos enfants il grouille,
Car il se reproduit, fort de ses quatre couilles,
Sur leurs têtes qu’il change en un vrai lupanar.

La femelle produit, des œuvres du paillard,
Des lentes accrochées aux cheveux et les souille.
Rapidement il faut alors que l’on épouille,
Ce qui se fait avec un très fin démêloir.

Puis cheveu par cheveu on éclate les lentes
Entre deux ongles, provoquant un petit « clic » ;
L’opération parfois peut même être amusante.

Si ça ne suffit pas, il est du dernier chic
D’offrir au pou qui donne la pédiculose
Une mort parfumée avec la Marie-Rose.

EC

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Malgré Facebook, j'apprécierais que vos commentaires soient publiés sur blogotobo. Merci d'avance !