05 décembre 2016

Série je t'aime

Françoise Guichard devant
son installation
La passion de Françoise Guichard pour le collage a pris naissance à Pirou, dans la Manche, lors du festival annuel Pirouésie, et c’est au merveilleux Philippe Lemaire qu’elle doit d’avoir été initiée à cet art. Depuis deux ans, au fil de l’eau, elle poste sur Facebook des œuvres empreintes d’une fantaisie qui lui ressemble.

Aussi, lorsque elle tombe sur l’appel à projet de La Maison des Pratiques Artistiques Amateurs, intitulé « Série, je t’aime », elle n’hésite que peu de temps à postuler, très inspirée par le thème de la série.

Lectrice avertie de Georges Perec, elle a l’idée de réaliser une suite de quarante cartes postales, clin d’œil aux « 243 cartes postales en couleurs véritables » de l’auteur de La Vie mode d’emploi. Elle en sélectionnera une vingtaine parmi ces quarante pour cette installation.

Fabriquer des collages au format d’une carte postale est en soi une gageure. Pour cela, Françoise a dû écumer les brocantes à la recherche de catalogues Manufrance ou de vieux périodiques où trouver des illustrations suffisamment petites pour entrer dans sa contrainte, avant de réaliser ses collages directement inspirés par les textes de Perec.

Elle a poussé la minutie jusqu’à dénicher des timbres d’époque correspondant plus ou moins au thème de la carte ou évoquant Perec, comme par exemple un timbre en pièce de puzzle. Chaque carte postale, dûment timbrée, est adressée à Georges Perec, et suspendue avec les autres sous un parasol posé sur une rabane.

Recto d'une carte avec le collage
(cliquer pour agrandir)

Verso avec le texte et l'adresse de Perec
(cliquer pour agrandir)

D’autres amateurs exposent dans cette belle salle, qui des dessins à l’encre de chine, qui des modelages, qui des tableaux. Voisin de Françoise Guichard, Jqnus a, lui, choisi d’afficher une série de minuscules croquis de visages de toutes les couleurs, réalisés sur du papier petit format et protégés par un sachet plastique. Chez lui plus encore que chez Françoise Guichard, dont chaque collage pourrait à la limite vivre sa vie indépendamment des autres, c’est la série elle-même qui intéresse, chaque dessin pris à part paraîtrait banal sans l’accumulation de ses voisins.

Jqnus devant son installation

À voir en ce moment et jusqu’au samedi 17 décembre 2016 à La Maison des Pratiques Artistiques Amateurs, 100 rue Didot, 75014 Paris.

EC

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Malgré Facebook, j'apprécierais que vos commentaires soient publiés sur blogotobo. Merci d'avance !