09 mars 2007

Pékinois

Jacques Perry-Salkow est un auteur comme on en voit peu : il a le don de rendre lisibles, naturelles et poétiques les contraintes les plus difficiles, comme le palindrome, et on espère d'ailleurs que le livre « Sorel Eros », qu'il a écrit avec Frédéric Schmitter, connaîtra le même heureux sort que ce « Pékinois » qui vient de sortir au Seuil. Une très belle édition reliée, pour ce recueil d'anagrammes sur les noms de célébrités réelles ou fictionnelles, que je conseille à tous. Aucune de ces anagrammes n'est vaine, toutes expriment ou révèlent quelque chose sur le personnage. Par exemple, Robert Doisneau, « d'où notre baiser » Oussama Ben Laden, « À l'aube sans monde », ou encore Albert Einstein, « Rien n'est établi ». Quant à la dédicace, « Je dédie à Élisabeth et Pierre ces habiletés et prière », je ne peux m'empêcher d'en piquer pour moi une petite partie, Babeth me pardonnera ! Le livre de Jacques a circulé hier soir de main en main après le jeudi de l'Oulipo consacré cette fois à la couleur jaune et à Tristan Corbière, ce poète breton mal connu, auteur des « amours jaunes », et qu'on a tous eu, du coup, envie de découvrir. Voici par exemple un extrait d'un de ses poèmes, consacré au vieux Roscoff :
Où battaient-ils, ces pavillons,
Écharpant ton ciel en haillons !...
– Dors au ciel de plomb sur tes dunes...
Dors : plus ne viendront ricocher
Les boulets morts, sur ton clocher
Criblé – comme un prunier – de prunes...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Malgré Facebook, j'apprécierais que vos commentaires soient publiés sur blogotobo. Merci d'avance !